Blog Archives

//

2017 : une récolte record pour l’oignon doux des Cévennes

Nos prévisions de vente pour la campagne 2017-2018 atteignent cette année les 2 700 tonnes, un chiffre record malgré une très légère baisse des surfaces cultivées (45 ha). Avec une dizaine de jours d’avance, la récolte 2017 s’est déroulée dans d’excellentes conditions, du premier au dernier jour, à l’image d’une saison de production très favorable à la qualité. L’oignon doux des Cévennes a bénéficié d’un temps bien sec tout l’été, garantie d’une récolte parfaitement saine, capable de se conserver tout l’hiver.

Retour en images avec France 3 Occitanie : cliquez ICI

Lire la suite

Dimanche 20 août, c’est La fête de la récolte

Les producteurs fêtent la nouvelle récolte le dimanche 20 août et donnent rendez-vous à tous ceux qui veulent partager un moment fort de la culture de l’oignon doux, dans une ambiance chaleureuse et familiale. Cette première édition est parrainée par Mercotte (blogueuse et jury de l’émission « Le meilleur Pâtissier » sur M6 avec Cyril Lignac) qui nous fera l’honneur de sa présence sur le site de la coopérative, et sur la parcelle de récolte à St André de Majencoules.

Au programme :

  • Un petit déjeuner cévenol – service non-stop de 7H00 à 13h00 – au menu : salade traditionnelle d’oignons crus, charcuterie, beignets d’oignon doux des Cévennes, 1 bol de soupe à l’oignon, 1/4 de pélardon, 1 verre de vin
  • Une ambiance musicale avec Les Fanflures, formation mixant Jazz traditionnel, Funk New Orleans et Jazz actuel
  • La récolte des oignons : venez donner un coup de main sur les parcelles en terrasse situées au pied du village de Saint Andé de Majencoules
  • Un atelier de tressage pour confectionner soi même sa tresse d’oignons doux à emporter en souvenir
  • Visite du village de St André : départ de la parcelle de récolte, visite des ruelles en passant par le chateau, point de vue sur la vallée de l’Hérault. Mise à disposition de vélos électriques
  • La visite des équipements de la coopérative en compagnie de Jérôme Daumet, producteur – un départ toutes les heures
  • Ateliers cuisine : Les beignets d’oignons avec Elizabeth Adam, La soupe à l’oignon avec Sylvain Léonard
  • Des animations pour les enfants : Atelier création animé par Alice pour réaliser une représentation d’oignon doux des Cévennes, en papier, en argile, en carton… Chasse au trésor et jeu de piste avec Monts et Merveilles, spécialiste des activités de loisir en famille
  • Navettes gratuites entre la coopérative et le village de St André, en bus décapotable ou 2CV. Petite marche pour les plus courageux, : la route sera réservée aux piétons !

Rendez-vous sur le site de la coopérative Origine Cévennes, route de Valleraugue, à St André de Majencoules

TARIF : Participation pour le repas et l’ensemble des animations : 8 € (gratuit pour les moins de 12 ans)

Lire la suite

La récolte 2017 bat son plein

Depuis le 7 août la récolte de l’oignon doux des Cévennes bat son plein, mais les toutes premières équipes de cueilleurs ont fait leur apparition la semaine précédente, avec un peu d’avance par rapport à l’an dernier. Malgré les très fortes chaleurs qui certains jours rendent le travail pénible, les conditions sont idéales pour la qualité de l’oignon. Un temps bien sec, dans la continuité d’un été sans une goutte de pluie, garantit une récolte parfaitement saine. Le calibre est très homogène, atteignant sans problème le niveau cible pour satisfaire le marché (calibre 6/8). Le volume de récolte pourra être estimé avec plus de précision à partir de début septembre, mais d’ores et déjà, les rendements s’annoncent tout à fait corrects. Malgré une légère baisse des surfaces cette année (45 ha), liée au développement des rotations culturales nécessaire à la préservation de la qualité des sols, l’objectif des 2 500 tonnes devrait être atteint.

Lire la suite

Mai est le mois du repiquage, Hélène est à la pépinière

Mai est le mois du repiquage, le mois où Hélène Boisson sélectionne les jeunes plants d’oignons doux dans la pépinière avant de retrouver Philippe dans les parcelles de production.

De la rencontre d’Hélène et Philippe

Lorsque Hélène et Philippe Boisson se sont rencontrés en 1995, Philippe aidait son père, berger, sur l’exploitation familiale. Il venait de planter ses premiers pommiers « Reinette » et voulait se lancer dans la pomme. Mais la culture de l’oignon commençait à se développer et la coopérative venait de se créer. En 2000, Hélène et Philippe font leurs premiers débuts avec 200 mètres carré d’oignons arrosés à la main. Les parents de Philippe possédaient des terrains sur les hauteurs de Sumène à Metges, mais il n’y avait pas d’eau. « Au début lorsqu’on a dit que nous voulions faire des cultures là-haut, les gens nous traitaient de fous ». Après avoir défriché les terres, créé des terrasses et un bassin de rétention d’eau, ils ont pu l’année suivante, cultiver 2500 mètres carrés d’oignons.

A la création de leur exploitation en 2001

Ainsi est née en 2001 leur exploitation : des plantations de pommiers en fond de vallée, des oignons en terrasses sur les hauteurs ainsi qu’une châtaigneraie greffée. À partir de 2008, Hélène a quitté son emploi à l’extérieur pour se consacrer à l’exploitation. Complémentaires, ils ont chacun leur spécialité, lui, la technique des cultures, elle, la partie administrative et la comptabilité. L’évolution de leur exploitation s’est fait en lien avec la création de nouveaux bassins de stockage d’eau. Aujourd’hui, ils exploitent 5 hectares en tout dont 2 hectares d’oignons qui représentent 75% de leur chiffre d’affaires. Ils ont embauché un employé permanent et durant les périodes de repiquage et de récolte, ils emploient une dizaine de personnes. Sans compter l’aide précieuse de leurs familles.

Lire la suite

En mars, Yolande pousse son semoir

En ce mois de mars, notre calendrier 2017 vous donne  rendez-vous avec Yolande qui a choisi une petite parcelle bien exposée, au pied d’un mur en pierres sèches, pour implanter sa pépinière. Elle sème… Voici l’histoire de Yolande et Thierry Nouguier, producteurs d’oignons doux à la Pieyre, près de Valleraugue.

L’histoire de Yolande et Thierry Nouguier

Yolande, la petite toulousaine qui venait passer chaque année ses vacances à Valleraugue, n’imaginait sûrement pas qu’un jour tous les producteurs de la coopérative viendraient lui apporter leurs lots de production avec appréhension. C’était sans compter sa rencontre avec un garçon du pays, Thierry Nouguier qui lui fera quitter sa ville de Toulouse et ses études à la fac de droit pour venir s’installer dans le hameau de La Pieyre à côté de Valleraugue. Après avoir élevé leurs quatre fils alors que Thierry travaillait pour une entreprise de travaux publics, Yolande est devenue agréeur, responsable du contrôle qualité à la coopérative. Pendant une quinzaine d’années, avec son mari, ils cultivaient bien quelques oignons pour arrondir les fins de mois.

Sur les traversiers du grand père

C’est en 2006 après avoir été licencié suite à 30 ans de services aux travaux publics que Thierry s’est dit « Je suis libre, j’ai du temps, un peu de terrain, il y a de l’eau et un accès ; on va s’agrandir ! ». Il s’est mis à défricher les traversiers que son grand père entretenait mais que son père n’exploitait plus faute de temps car il travaillait aussi en entreprise. « Quand on a commencé là-haut, ce n’était que ronces ». Depuis cette époque, ils produisent une moyenne annuelle de 10 à 15 tonnes d’oignons sur leurs propres terres. Yolande a son travail à la coopérative qui l’occupe environ 7 mois par an, du premier oignon récolté jusqu’au dernier oignon vendu. Thierry fait de l’entretien de jardins en indépendant.

Lire la suite

Un coup de pouce aux Restos du Cœur

Chaque jeudi matin, l’équipe des Restos du Cœur du Vigan fait une halte à la coopérative Origine Cévennes pour compléter son approvisionnement en produits frais (oignon, pomme de terre, pomme). Ces dons sont redistribués dès le vendredi à près de 135 familles qui viennent chaque semaine chercher un peu de réconfort au Relais du Cœur du Vigan. Un grand merci à Eliane Escand et à tous les bénévoles de l’antenne viganaise pour leur engagement et leur bonne humeur.

Lire la suite

En Février, Francine prépare sa pépinière dans un nuage de vapeur d’eau

Début février, tournons la page du notre calendrier 2017. Rendez-vous avec Francine qui prépare sa pépinière. C’est là que les oignons sont semés pour produire les jeunes plants qui seront ensuite repiqués dans les parcelles de production. Pour produire des jeunes plants indemnes de maladie, il faut certaines années désinfecter la terre à la vapeur d’eau, une technique qui évite l’utilisation de produits chimiques. Un vrai sauna : c’est bon pour la terre, c’est bon pour la peau !

L’Histoire de Francine Arbus et Nicolas Escand

Mais revenons sur l’histoire de Francine Arbus et Nicolas Escand, producteurs d’oignons doux à Mandagout. Après avoir obtenu tous les deux un DUT en agronomie à Perpignan, Francine et Nicolas sont partis pendant deux ans en Côte d’Ivoire en coopération sur un projet agricole. L’un des aspects du projet consistait à mettre en relation des groupes de femmes ayant des petites surfaces de maraîchage avec des acheteurs de fruits et légumes de la capitale. À peine rentrés d’Afrique en 1989, les voilà qui s’installent sur les terres des parents de Francine, à Mandagout. La difficulté à commercialiser correctement les oignons les pousse avec cinq autres producteurs à créer la coopérative en 1991. Nicolas en assure la présidence.

De la coopération à la coopérative

« La coopérative, c’est la prise en main par les agriculteurs de leur propre destin ». Dès la première année les résultats sont là. De nombreux producteurs les rejoignent. Au début, c’est artisanal, Francine assure les tâches administratives bénévolement. La coopérative se développe et embauche. Francine peut se libérer pour se consacrer à leur exploitation qui grossit en parallèle avec l’acquisition d’autres terres pour atteindre aujourd’hui une surface de 3 hectares d’oignons. Après 25 ans de service, Nicolas va quitter la présidence. « La coop c’est un peu mon cinquième enfant, mais c’est sain pour une structure que d’autres personnes se mettent en mouvement ». Avant tout, Francine et Nicolas sont des producteurs. Ils vont s’atteler maintenant à ce qu’ils considèrent comme le défi de demain : la rotation des cultures. « Ce qui nous fait vivre c’est l’oignon, je suis convaincu que si on ne met pas en place des rotations, il y aura des problèmes qui deviendront si importants que cela finira par remettre en cause cette culture ».

Lire la suite

En Janvier, Gaël restaure un mur de terrasse

En 2017, Origine Cévennes vous propose d’aller à la rencontre de ses producteurs en vous présentant chaque mois ceux qui animent son calendrier 2017. En ce début janvier, Origine Cévennes vous présente ses meilleurs vœux avec Gaël Martin qui restaure un mur de terrasse en pierres sèches.

Chez les Martin, tout a commencé avec Brigitte, la mère de Gaël et Brice. Mère au foyer, elle faisait toutes les saisons d’arrachage et de repiquage d’oignons chez des voisins. Avec son mari, garde-champêtre à la mairie de Valleraugue, ils ont acheté en 1992 une propriété avec du terrain dans la vallée de Taleyrac où ils habitaient. Brigitte a pu s’installer et produire ses propres oignons à partir de 1996.

Gaël son fils aîné, passionné d’élevage, s’est associé avec elle en 2004, une fois son bac agricole passé. « Ma passion, c’était le troupeau. Mais j’ai toujours aimé faire des oignons et puis ça se complète bien, ici on ne fait pas de fourrage, il n’y a pas de surface pour faire du foin et des céréales, alors l’oignon compense pour l’achat du foin ».

Les deux activités s’équilibrent. Quand les 300 brebis du troupeau sont encore à l’estive sur le Mont Lozère, il peut se consacrer à la récolte des oignons. Au retour des bêtes en septembre, il est libre pour l’agnelage. En octobre, une fois les agneaux vendus, il trie les oignons le matin et garde le troupeau dans la montagne l’après-midi.

Brice, son plus jeune fils, pressé de les rejoindre s’associe au GAEC en 2007 dès son CAP passé. À tous les trois, ils exploitent 2 hectares de terres. Étant vice-président du syndicat ovin du Gard, Gaël est conscient que l’élevage ovin est particulièrement menacé. Si par malchance, il ne pouvait plus garder son troupeau, alors ils augmenteraient la surface d’oignons

Lire la suite

Le calendrier 2017 est arrivé

L’édition 2017 du calendrier de la coopérative Origine Cévennes est disponible.

Cette année, le photographe languedocien Jean du Boisberranger a saisi les gestes de ces hommes et ces femmes qui au fil des saisons contribuent à la fabrication de l’oignon doux des Cévennes. Chaque mois, vous partirez à la rencontre d’un de nos producteurs, vous partagerez sa passion, souvent étroitement liée à son histoire familiale….

Lire la suite

Un diner de Chefs pour les Restos du Coeur

L’oignon doux des Cévennes est au menu du dîner de Chefs servi au profit des restos du cœur le 8 décembre au Pont du Gard.

En 2016, la coopérative Origine Cévennes est partenaire de Dîners de Chefs, une initiative de Châteaux & Hôtels Collection, marque présidée par Alain Ducasse. Pour la 3ème année Châteaux & Hôtels Collection s’engage auprès des Restos du Cœur et ambitionne d’apporter cette année 200 000 € à l’association fondée par Coluche en 1985, soit l’équivalent de 200 000 repas servis par les Restos du Cœur. 100 Chefs signent 13 dîners uniques, cuisinés à plusieurs mains, et servis simultanément dans toute la France au prix unique de 100€ / personne boissons comprises. Au Pont du Gard, 7 chefs de la région se mettent aux pianos, parmi eux Julien Lavandet de l’Artemise à Uzès pour la réalisation d’une compote d’oignon doux des Cévennes servie avec des Saint-Jacques et de la réglisse d’Uzès. Pour ceux qui souhaitent réserver une table…. ICI

Lire la suite
Newsletter